Réalisateurs de formats courts et de curiosités visuelles

Claude baechtold

Claude Baechtold n’est plus graphiste à Lausanne et pas encore cinéaste, ni personnage de fiction. C’est prévu pour 2019. Nakache et Toledano, avec leur casquette de producteurs, vont faire un film d’un épisode – incroyable mais vrai – de sa vie. Et ce sera ”une comédie réalisée par Claude Baechtold”. Dingue. Entre ses vies passées et futures, il s’en est inventé une autre, photographe compulsif et éditeur de livres d’images (Riverboom éditions, maison fondée en Afghanistan en 2002 avec Serge Michel et Paolo Woods). Ses inventaires de barbes afghanes, moustaches irakiennes et réfrigérateurs du pôle Nord ont été distingués par le Grand Prix de la Biennale des Arts visuels de Vevey.

Grégoire basdevant

Grégoire Basdevant est réalisateur et directeur artistique. Il a été rédacteur en chef de Colors magazine en Italie, concepteur d’exposition au Brésil, photo-journaliste en Chine et réalisateur de webdoc à Paris. Il vient de lancer le numéro 1 de Wild Wild Web et compte désormais surfer sur la vague des mooks, ces revues illustrées qui cartonnent (ou pas) en librairie.

Nicolas deveaux

Nicolas Deveaux est cinéaste d’animation 3D. Il imagine, réalise et anime des films (surréalistes) qui mettent en scène des animaux (réalistes). Ses courts-métrages (7 tonnes 2 et 5 mètres 80) ont raflé un nombre impressionnant de prix dans les festivals du monde entier. C’est son producteur, chez Cube Creative, qui est content. Il travaille sur un film immersif pour le Futuroscope, des séquences d’un documentaire sur les animaux sauvages dans Paris et une série pour Arte. Pendant ce temps-là, qui va garder la girafe ?

Bernard laurent-zopf

Bernard Laurent-Zopf est un réalisateur de télévision venu de l’École des Arts Déco, avec une prédilection pour les formats courts, les curiosités visuelles et la photographie (il a fini par s’installer à Arles une partie de l’année, c’est dire). Il a collaboré avec Arte (Cut Up – revue documentaire) et surtout Canal+, chaîne pour laquelle il a réalisé pas moins de quatre émissions : Mensomadaire puis l’Oeil de Links sur l’activité créatrice du net et les mémorables Service Après Vente (d’Omar et Fred, 300 épisodes), et Groland, où il se balade encore.

Jérôme lefdup

Jérôme Lefdup est réalisateur. Il a longtemps gagné sa vie en imaginant des génériques, des musiques, des habillages, et des créations sonores et visuelles en tout genre, en particulier pour l’émission culte de Canal +, L’Oeil du Cyclone. Ces derniers temps, il travaille comme monteur de documentaires sérieux et se distrait en composant de la musique. Il a commencé sa vie professionnelle comme commis au Pussy Cat Club, une boîte de strip-tease sur les Champs- Elysées, mais a intégré les Arts Déco juste avant de mal tourner.

Richard poirot

Richard Poirot est coordinateur éditorial à l’Institut national de l’audiovisuel, la mémoire de nos vies modernes. À l’heure où nous écrivons ces lignes, l’INA capte en continu 169 chaînes de télévision et de radio, 14426 sites de médias en ligne, 8600 comptes de plateformes vidéo et 13000 comptes Twitter. C’est vertigineux, torrentiel, diluvien pour tout un chacun. Pas pour Richard Poirot, qui sait débusquer, dans les 2 millions d’heures de programmes qu’il explore chaque jour, la minute insolite, passionnante ou fondamentale qui sera ensuite diffusée sur les réseaux sociaux de l’INA ou sur Franceinfo. Avant d’assumer cette mission (de service public), il a, pendant vingt ans, été journaliste à Libération, en charge notamment de la rubrique « Mobilités ». Il est diplômé d’une grande école de journalisme, le CUEJ, à Strasbourg.

Lucia sanchez

Lucia Sanchez est réalisatrice et actrice. Elle était bien partie pour devenir avocate en Espagne quand elle a tout plaqué pour jouer la comédie en France : elle devient actrice (pour des cinéastes comme François Ozon et Valérie Donzelli). A force de côtoyer des stars, elle se prend de passion pour les gens « normaux » et passe derrière la caméra. Elle a réalisé un film muet sur des vacanciers (Pick up), un film bien plus bavard sur des chômeurs (C’est l’heure du bilan). Elle signe des films courts et ironiques pour Arte (Modern couple, Les yeux de la tête, Cut-up), enregistre des émissions de radio pour Les Pieds sur terre sur France Culture, et continue de jouer la comédie.

Denis van waerebeke

Denis van Waerebeke est réalisateur de documentaires et de films d’animation. Un incompréhensible loupé l’a aiguillé vers une école d’art (les Arts Déco) alors qu’il voulait devenir physicien des particules. Il a œuvré du côté de l’habillage TV et du clip pour Canal + (Les Guignols) mais ca ne collait pas avec le scientifique frustré en lui. Il s’est donc inventé un métier : expliquer à des publics plus ou moins attentifs des trucs plus ou moins complexes. A part l’art et la déco, tout l’intéresse : les trains à grande vitesse, la faim dans le monde, le père de l’informatique Alan Turing et l’histoire mondiale en dix dates, une série qu’il réalise pour Arte avec un professeur au Collège de France, mazette.