Monuments français

José artur

José Artur était une voix radiophonique sans équivalent. Aux commandes du Pop Club sur France Inter pendant près de 40 ans, intervieweur bavard d’artistes multiples (Chaplin, la Callas, Duke Ellington en furent), il a inventé le Tout-Paris pour tous. Il est aussi l’auteur du titre d’émission de radio le plus long : Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous. Il était né le jour où Lindberg a traversé l’Atlantique, en 1927.

Gérard holtz

Gérard Holtz a 44 ans d’antenne au compteur, 5 Sept d’or et exactement l’âge du CFJ. Il a présenté tout ce que la télévision publique compte comme grands messes : Stade 2, Tout le Sport, les JO, le Tour, le Paris Dakar, le Téléthon et
le 20 heures. Le CFJ, il en rêvait depuis tout minot à Belleville et ça lui a changé la vie, sans rancune aucune pour le prof qui lui avait dit :
« Avec la voix que vous avez, vous feriez mieux de la fermer et de faire carrière dans la presse écrite ». Vraiment ? Son diplôme en poche, il se fait embaucher direct à la télévision (oui ça s’appelait encore l’ORTF). Il y est toujours et se lance dans la réalisation de documentaires et l’apprentissage de l’italien, à Rome, où il file le parfait amour. La dernière fois qu’il était venu, c’était avec sa guitare. Michèle Martin en parle encore.

Pierre lescure

Pierre Lescure est journaliste. C’est ce qu’il répond invariablement quand on lui demande ce qu’il fait dans la vie. (Parfois il dit qu’il est président du Festival de Cannes ou chroniqueur à “C à vous” sur France 5). Il a eu la chance, lui, d’avoir des parents communistes : ils étaient journalistes à L’Humanité. Ceci expliquant peut-être cela, il intègre le CFJ puis la rédaction de RMC. C’était en Mai 68. C’était à Monaco. Ce n’était, en fait, ni le bon endroit ni le bon moment pour être apprenti reporter. Ensuite, ouf, tout se déroule à merveille : il présente le 20 heures, est nommé chef
à Europe 1, invente l’émission culte “les Enfants du Rock”, prend la direction des infos d’Antenne 2 puis, avec quelques autres, lance Canal +. C’est ce qu’on appelle une trajectoire. Ses mémoires sont intitulées In the Baba. C’est comme ça qu’il l’a pris, le jour, il y a 15 ans, où on lui a annoncé qu’il ne serait plus patron de Canal +. Sa devise : « 51 % de fond, 49 % de forme ».

Plantu

Plantu est dessinateur de presse. Il a vendu des escabeaux aux Galeries Lafayette, ce qui est un bon poste pour gravir les échelons. Il publie son premier dessin dans Le Monde en octobre 1972, sur la guerre du Vietnam. Il est en Une quotidiennement à partir de 1985. Six ans plus tard,
il obtient le « Prix du document rare » au Festival du Scoop d’Angers, pour avoir fait apposer sur le même dessin les signatures du leader de l’OLP Yasser Arafat et de Shimon Peres, alors ministre des Affaires étrangères israélien, un peu plus d’un an avant les Accords d’Oslo. En 2006, il organise avec le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, un colloque à New York qui sera
 à l’origine de Cartooning for Peace, un réseau international de 145 dessinateurs et caricaturistes dont l’engagement consiste à “ne pas baisser le crayon.”