Himalayiste, explorateurs polaires et scientifiques fous

Laurence de la ferriere

Laurence de la Ferrière est explorateur polaire et himalayiste. Elle est la seule femme au monde à avoir traversé intégralement le continent Antarctique en solitaire (1400 km de la Terre de Graham au pôle Sud en 57 jours, puis 3 000 km, dont la moitié jamais explorés, en 73 jours, du pôle Sud à La Terre Adélie, avec des voiles de kite, des skis nordiques et un traîneau 3 fois plus lourd qu’elle.) Son livre s’appelle Seule dans le vent des glaces. On la croit volontiers. Plantons le décor : aucune vie animale ni végétale, – 50° et des rafales à 200 km/h les mauvais jours. Et à part ça ? Premier 8 000 à 24 ans, Nangat Parbat sans oxygène à 25, record mondial féminin d’altitude sans oxygène sur l’Everest à 35 ans. Elle a dirigé une base scientifique en Terre Adélie, et, en sa qualité de présidente de Latécoère Explorer, soutient aujourd’hui de jeunes explorateurs : «Ils ne changent pas le monde. Ils tentent juste de repousser les limites du possible, à travers une quête de la condition humaine.»

Philippe handtschoewercker

Philippe Handtschoewercker est agrégé de physique. Sa devise pourrait être : “Avec moi, les sciences sont aussi faciles que mon nom est compliqué”. C’est irrésistible. L’homme aux 17 consonnes enseigne à des lycéens de Fontenay- sous-Bois, à des étudiants de Classe prépa aux écoles d’art (la photo, la perspective) et même à des grandes personnes : il est “professeur relai’ au Palais de la Découverte et “formateur de formateurs” pour l’Académie de Créteil. Et ce n’est pas tout. Il se produit régulièrement sur des scènes : tantôt vulgarisateur-conférencier, tantôt chanteur-accordéoniste avec son groupe le P’tit Commerce.

Christian sardet

Christian Sardet est biologiste et co-fondateur de l’expédition Tara Océans, du nom du voilier scientifique Tara, qui depuis dix ans, sillonne les océans. Il est aussi en quelque sorte “inventeur” et il a été l’un des premiers à photographier ce qui est invisible pour les yeux. Il a travaillé comme chercheur au CNRS : un métier qui consiste à chercher (toujours) et à trouver (parfois). Au début, il s’est intéressé aux cellules (sa thèse de doctorat à Berkeley en Californie portait sur les globules rouges), puis au développement des êtres vivants (les oeufs et les embryons) et enfin au plancton. Ses Chroniques du Plancton se déclinent en cinq langues et sur trois continents sous forme de films, de livres et d’expositions.