Auteur(e)s de bd , de récits graphiques et dessinateurs de presse / Blagueurs, blogueurs et chroniqueurs / Cantatrices et chanteurs lyriques / Cartographes, typographes et as de l’orthographe / Chasseurs de scoops et journalistes d’investigations / Chroniqueurs judiciaires / Cinéastes / Collectionneurs de faits divers / Comédiens du réel / Correspondants (ici) de la presse anglo-saxonne / Correspondants (là-bas) de la presse francophone / Critiques / Cueilleurs d’histoires vraies / Danseurs, jongleurs, acrobates, mimes et magiciens / Data-journalistes, data-visualiseurs et futuristes de l’info / Documentaristes (surtout) sonores et podcasteurs / écrivains bardés de prix littéraires / éditeurs photo / Femmes libres et grandes dames / Gourous de la révolution / Himalayiste, explorateurs polaires et scientifiques fous / Historiens sachant raconter des histoires (avec un petit h) / Homme de l'ombre / Homme-sandwich (et femme-sandwich) / Jeunes auteurs et auteurs jeunesse / Journalistes de presse écrite / Journalistes de radio / Journalistes de télévision, réalisateurs de documentaires et de reportages / Journalistes indépendants (enquêtes, récits et longs formats) / Monuments français / Musiciens, musicologues et compositeurs / Philosophes marrants / Photographes / Poètes, performeurs et artistes / Premier ministre en exercice / Réalisateurs de formats courts et de curiosités visuelles / Témoins et auteurs de récits de vie / Trois turques privées de quatrième pouvoir /

Documentaristes (surtout) sonores et podcasteurs

Mehdi ahoudig

Mehdi Ahoudig est auteur de documentaires radiophoniques. Il était bien parti pour faire carrière au Commissariat à l’énergie atomique, mais se sauve en refusant d’être promu chimiste (il est chimiste). Il entame alors une reconversion dans le théâtre et se spécialise dans l’accompagnement sonore des spectacles. En 2004, il ajoute la radio à son arc, en particulier à ARTE Radio, puis (un peu) à France Culture. Il cosigne des webdocs et remporte en quelques années trois Prix Europa (deux “radio”, un “web”). Sa dernière oeuvre, Poudreuse dans la Meuse est une plongée dans le trafic d’héroïne aux alentours de Verdun.

Aurélie charon & caroline gillet

Aurélie Charon et Caroline Gillet sont productrices à Radio France. L’une est originaire de Châteauroux et s’est installée à New York dès qu’elle a pu. L’autre a grandi aux quatre coins du monde en rêvant à l’exotisme de sa Belgique natale. Elles travaillent en solo sur des émissions de radio (L’Atelier intérieur, le lundi soir sur France Culture et Une série française, l’été sur France Inter c’est Aurélie ; à ton âge le samedi matin et Tea Time club l’été sur France Inter et toute l’année sur France 4 c’est Caroline). En binôme, elles produisent des webdocs, des documentaires et imaginent des soirées Radio Live où se rencontrent sur scène ceux qu’elles ont croisés au gré de leurs reportages.

Delphine dhilly

Delphine Dhilly est auteure pour la radio et la télévision. Elle aime écouter et enregistrer les “gens ordinaires” pour l’émission Les pieds sur terre sur France Culture mais aussi les filmer pour des documentaires : femmes de soldats, étudiants rêveurs et très jeunes femmes “passées à la casserole”… Car le sujet de son dernier film tient en un mot : “non”, resté inaudible ou coincé dans la gorge. Sexe sans consentement, qui passera en 2018 sur France 2 à une heure de grande écoute, s’intéresse à la zone grise des rapports subis, sans mots, sans désir. Dernièrement elle a participé à Woman Bylines / Chime for Change, une série de formats courts pour les réseaux, commissionnés par Mariane Pearl et Salma Hayek, et a été lauréate d’une résidence de l’Institut Français pour son projet de documentaire sur un berger bulgare. A priori.Rien à voir avec le féminisme.

Silvain gire

Silvain Gire est le responsable éditorial et l’inventeur d’Arte Radio, la radio web d’Arte, juke-box de reportages, documentaires sonores, essais divers, réussites nombreuses. Et des prix en veux-tu en voilà après quinze ans à ”ouïr sans entraves”. Il a publié en 2002 un recueil de nouvelles intitulé Johnny est mort (au Seuil) et il a fini par avoir raison. Il y montre un penchant certain pour l’ellipse hilarante et le dérisoire émouvant, qui lui ressemble. ”Partout rôde un essaim d’amis et de solitude” écrit Philippe Lançon dans Libération à propos de son livre. Il a donc besoin d’amour et surtout pas de la lettre Y dans son prénom.

Claire richard

Claire Richard est normalienne et auteure – il faudrait dire autrice mais elle trouve que ça sonne mal, probablement parce qu’elle a été lobotomisée par le patriarcat. Elle réalise des documentaires et des fictions radio (sa série Cent façons de disparaître a été récompensée par le prix Nouveau Talent Radio de la SACD), travaille comme journaliste et dirige le site Digital Society Forum. Bref, elle ne sait pas si elle aura des droits à la retraite. Elle s’intéresse aux cultures numériques, à l’intime et au politique : elle a publié un livre sur les Young Lords, un groupe de portoricains new-yorkais inspirés des Black Panthers, pratiquant l’action directe. Mais sa grande oeuvre ce sont les Chemins de désir un podcast en six épisodes pour Arte Radio, qui a remporté une moisson de prix (prix Italia, prix Europa et le prix Paris Podcast Festival) avant de devenir un livre et un spectacle.

Arnaud robert

Arnaud Robert est journaliste, réalisateur de documentaires, commissaire d’exposition, écrivain. Son métier, alors qu’il est incapable de jouer le moindre morceau, c’est de parler de musique. Il écrit pour Le Temps, Le Monde et National Geographic, a publié un livre sur l’Etat haïtien avec le photographe Paolo Woods, réalisé un documentaire sur une fanfare au Nigéria et organisé une exposition sur les sociétés secrètes du vaudou. A l’heure où nous publions ces lignes, sa chanson préférée est « Sofrimento » de l’Angolais Waldemar Bastos.

Aurélie sfez

Aurélie Sfez est journaliste-musicienne. Ou pianiste-auteure. Ou, plus chic encore, musicologue-documentariste. Mais son bi-talent ne lui monte pas à la tête: la preuve, Télérama la trouve “d’une grande fraîcheur”. Elle produit l’émission A la dérive tous les dimanches sur Radio Nova. Il s’agit une “ balade radiophonique, toujours en marche, dans les rues et le labyrinthe intime de ses invités”. Invités qui sont souvent musiciens. Tiens donc. Elle a longtemps travaillé pour Radio France et a écrit avec l’avocat Emmanuel Pierrat Cent chansons censurées. Au hasard: « On l’a trouvée hier soir derrière la porte de bois / Avec une passoire se donnant de la joie« . C’est du Charles Trenet.