Critiques

Gérard lefort

Gérard Lefort est journaliste et écrivain. Entré à Libération comme pigiste au service Livres, il finit chef des pages Cultures. Pendant 35 ans, il est l’une des plumes du quotidien, s’étant fait au passage quelques amis et pas mal d’ennemis, entre autres grâce à des textes qui ne font pas rire tout le monde. Il titre “Chronique d’une merde annoncée” sa critique du film de Francesco Rosi, et “Blaireau chinois mon amour” celle sur L’ Amant de Jean- Jacques Annaud. Dans les années 90, il produit plusieurs émissions pour France Inter, dont le magazine devenu culte, Passé les bornes, y a plus de limites. Il quitte Libération en 2014 et, en 2015, publie un premier roman, Les Amygdales, aux éditions de l’Olivier.

élisabeth philippe

Elisabeth Philippe est journaliste et dirige le service culture du magazine Vanity Fair. Peut-être parce qu’elle est née à Migennes (mentionnée dans La Modification de Michel Butor) et qu’elle a grandi à Auxerre (évoquée dans Un Homme qui dort, roman dépressif de Georges Perec), elle s’est très tôt tournée vers la littérature pour rêver à d’autres horizons. Après des études de lettres et de journalisme, elle est (assez naturellement) devenue critique littéraire, aux Inrockuptibles et à Vanity Fair. En mars 2016, elle a reçu le prix Hennessy du journalisme littéraire. Détail rassurant : elle n’a toujours pas fini la bouteille de cognac offerte à cette occasion.

Eleonore sulser

Eléonore Sulser est rédactrice en chef adjointe au Temps, après avoir été critique littéraire et responsable de la rubrique « livres » du samedi. Pour le journal, elle a également été correspondante à Bruxelles, en charge des questions européennes. Et avant Le Temps ? Elle a écrit pour 24 Heures depuis Hongkong, Oulan Bator et Kaboul. Et encore avant? Chroniqueuse culturelle à la Gazette de Lausanne. Elle est diplômée des universités de Lausanne et de Genève en littérature française, en histoire et en chinois. Petite, elle voulait être présidente de la Confédération Suisse.